IDOLES

Notre besoin d'idole est impossible à rassasier !

Saison 19/20

BIENVENUE DANS NOTRE  CARNET DE BORD DE CRÉATION.


N’ayez pas peur, nous non plus nous ne savons pas trop en quoi cela consiste. Ce que nous savons par contre, c’est l’objectif que nous nous sommes fixé: 

Construire dans un délai de 2 à 3 ans un spectacle (si possible de grande qualité) qui prenne comme point de départ : LES IDOLES.
Nous sommes une équipe pour le moment constituée de 6 personnes. Il est évident et nécessaire que cet équipage embarque d’autres membres au cours de la traversée. Cependant lorsque vous verrez le spectacle il n’y aura pas plus de 4 vivants qui vous accueilleront sur la scène.

 

Vous voulez connaître l’histoire? 

Et bien nous sommes navrés, mais pour le moment nous sommes dans l’incapacité de vous la conter. Nous pourrions faire semblant et vous dire que ...

C’est l’histoire de la colère d'un type. Une homme -plutôt bien conservé pour son âge- un dénommé Moïse, descend du mont Sinaï -sorte de retraite métaphysique pour leader politique-. En bas, il s'aperçoit que les hommes qu'il avait laissé seuls ont fait fondre tout l'or qu'ils conservaient avec eux, pour mouler un immense Veau d'Or -auquel ils vouent désormais un culte-. Devant cette découverte Moïse se met très en colère. Il casse un peu tout autour de lui et érige plein de nouvelles lois… 

Ou alors c'est l'histoire d’un groupe d’individus qui partent à la recherche des traces du sacré sur notre planète. Au fur et à mesure de leur expédition ils finissent par ne plus se comprendre. Après une période de dispute incessante, ils finiront par se foutre sur la gueule et termineront le voyage chacun de leur côté à ruminer leur rage dans leur coin en oubliant jusqu'au sens même de ce voyage … 

Ou encore celle d’un physicien qui nous explique qu’il a trouvé une fréquence miracle (528 Herz) qui réparerait l’ADN. Et qu'une équipe de scientifiques s'est aperçue que c'est exactement la fréquence émise par la source à Lourdes lorsque l'eau cogne les parois de la grotte… 

Ou alors on peut vous raconter comment un groupe d’acteurs, en voulant créer un spectacle sur Freddy Mercury et reconstituer au plus près ses performances sur la scène du Wembley Stadium le 13 Juillet 1985 à 18h41, en vient à être obsédé par la figure de Jésus-Christ … 

Ou bien comment dans les années 50 tous les intellectuels occidentaux ce sont rués sur la Théorie de l’Information de Shannon pensant que celle-ci pouvait enfin apporter une nouvelle lecture moins occidentalocentré du monde ...

 

La fiction qui nous apparaîtra à un moment se situera sans doute un peu entre toutes ces choses là. Ce dont nous sommes sûrs c’est que nous travaillerons au maximum pour ne pas vous prendre pour des cons. 

Nous avons décidé d’ouvrir cette page pour partager une partie de nos trouvailles. Vous vous en doutez, cela ne vous racontera pas beaucoup plus de choses sur l’histoire. Cependant nous souhaitons partager notre exploration naïve sur la mer des idoles (escales, embarcations, tempêtes, inventaires, relevés naturalistes, ...). 

Nous espérons que si vous lisez ces lignes, cette visite n’obstruera pas en vain votre temps disponible.

Tout au long de la création cette page sera alimentée autant qu'il nous semble possible. Nous nous excusons d’avance pour les choses, trop longues, trop confuses, trop éloignées du sujet, trop sérieuses, trop bouffonnes, trop laïques, trop religieuses… Si ces excuses ne vous suffisent pas, n’hésitez pas à nous contacter directement pour que nous échangions sur nos colères.

BONNE NAVIGATION  ET RENDEZ-VOUS DANS QUELQUES MOIS/ANNÉES POUR DÉCOUVRIR LE SPECTACLE.

AUTOMNE 2018

I'M NOT YOUR GURU !!!

?⟺?

L'omniprésence des démons dans notre époque / Pacôme Thiellement

TECHNIQUE VS SACRÉ

FOI ≠ CROYANCE // Jacques Ellul

UNE CARTOGRAPHIE DU SACRÉ 

La fille de la phamarcie // Philip K. Dick

#VIDEOGAMESMEDITATION01 (Everything)

#VIDEOGAMESMEDITATION02 (The Talos Principle)

Dans le Feu sacré (Gallimard), on lit : « Le facteur Dieu s’active ou se désactive en fonction des hégémonies, arrogances ou inégalités. L’intemporel et le temporel jouent leur partie de concert, et les partitions s’entremêlent. » Votre démonstration de l’invariance du phénomène religieux invalide-t-elle la thèse d’une sortie de la religion ?

Régis Debray :La religion est un latinisme, un mot emprunté par Tertullien en 197 à l’establishment romain. La religion ne permet pas de comprendre le religieux. La religion entendue comme adoration d’un Dieu unique — avec des écritures saintes, un clergé, des dogmes, une théologie — ça ne s’applique pas à la plupart des cultes, y compris ce que l’on nomme religions séculières ou civiles. Le mot de religion, je le crains donc beaucoup. Il faut commencer par le déconstruire. Le mot de culte me paraît plus adéquat. Le culte c’est deux choses : une réunion (des assemblées) et des rituels. Il y a culte dès qu’il y a une croyance qui réunit des gens et que cette croyance est une croyance en une réalité ou un sujet méta-empiriques. Ce peut être un ancêtre, un événement passé, une déité, une personnalité. La sortie des religions, je n’y crois pas du tout. Il faudrait que l’homme cesse d’être un animal symbolique. L’homme est un être qui met en rapport l’ici avec un ailleurs, le maintenant avec un jadis ou un demain. Il y aura donc toujours une mise en signe des choses brutes, et notre vie actuelle renverra toujours à quelque chose d’autre. Cette fonction symbolique, c’est elle qui porte la religiosité, qui n’a pas besoin de Dieu pour exister.

Extrait d'une interview de Régis Debray

Look at that Jo !

LaNonaOra//MaurizioCattelan//1999

L'expérience de Jésus par Jean Louis Costes

 

« De même que ces représentations touchent aux choses mêmes, les pénètrent jusqu’au fond et en dévoilent la vrai nature, de même il faut, toute la vie durant, quand les choses qui se présentent à nous se font trop persuasives, les mettre à nu, voir le peu qu’elles sont et les dépouiller de la fiction par laquelle elles se rendent si vénérables (VI,13) »

Marc Aurèle

 

HOMO LUDENS.

Bataille dans Lascaux, relève que Homo Ludens (l’homme jouant, en particulier le jeu admirable de l’art) est une expression qui conviendrait mieux que l’Homo Sapiens (l’homme qui sait). Car l’homme jouant se met a agir pour un sens qui n’a pas d’autre fin que l’action qu’il est entrain de faire.

 

Ils sont 3 acteurs au plateaux, 3 individus nés environs 58 millions d’années et 1990 ans après l’apparition des premiers primates. Ces 3 individus se mettent à jouer, ils jouent à comprendre ce que signifie leur visage. Ils jouent à revivre leurs destinées multiples durant cette épopée que fut ces 58 millions d’années.
Certes ils ne peuvent pas se défaire de leur temps, celui qu’avec leur corps ils traversent, celui du XXI ème siècle et plus précisément celui qui va de 1990 à 2020.

C’est donc pour cela qu’ils utiliseront leur corps et leurs outils pour jouer à ces jeux. Mais ces 3 là iront chercher dans le passé proche et lointain des traces de destinées fantômes.
Très vite ils découvriront que rejouer ces fantômes nous conduit à ne jamais être d’accord. Très vite ils découvriront que jouer à ces fantômes induira obligatoirement d’habiller ces fantômes comme on nous l’a enseigné. Ils essaieront donc de les déshabiller ou de leur donner de nouveaux habits. Dès qu’ils tournent la têtes ces fantômes se rhabillerons de leur plus beaux habits. 

Alors ces 3 individus se disputeront pour savoir pourquoi ces fantômes s’habillent de cette manière, qu’est ce qui les pousse à être prisonnier d’une industrie de la mode toujours plus efficace.
Alors oui ces 3 individus se laisseront tenter par mettre les plus beaux vêtements, confectionnés dans les têtes de nos ancêtres et de nos contemporains avec tant de soin depuis toutes ces années. Mais ils s’en lasseront, c’est certain, car ces habits étouffent les fantômes, les empêches de se mouvoir et de raconter leurs histoires .

Ces fantômes semblent trop humain, c’est louche, ils ressemblent d’ailleurs tous au christ. 

Ces 3 individus veulent bien admettre que Jésus de Nazareth avait un style et un charme hyperpuissant, ils sont quand même surpris de voir que ce style perdure toutes ces années.
Quoi qu’il en soit ces 3 individus joueront, et par leurs jeu ils parviendront à en déshabiller certains, ou au moins à trouer leur vêtements pour laisser voir un peu de peau.

 

 

Théodore OLIVER  (18 avril 2018)