La Fabrique des Idoles est un projet dément qui par essence est voué à l’échec.

Il a la prétention d’aller fouiller dans les histoires du monde, le nôtre prioritairement, pour savoir comment celles-ci sont construites. Il a la prétention d’aller les ausculter pour essayer de comprendre ce qui les attache à nous de manière si forte, ce qui fait que certaines traversent le temps, et se déforment juste assez pour continuer à être audibles par nos contemporains. Nous nous proposons d’analyser nos croyances « par le jeu », d’aller donner à voir ce qui peut bien inscrire une croyance dans un corps (et par extension dans une civilisation). Si de temps en temps nous nous aventurerons à fouiller dans les croyances des autres c’est seulement pour essayer de mieux dévoiler celles qui agissent sur nous.

Nous allons jouer à nouveau à croire en des histoires qui - bien que parfois lointaines - semblent avoir eu un impact réel sur la civilisation dans laquelle nous évoluons. Nous tenterons de le faire avec une grande application. L’application que l’on retrouve chez l’enfant, pour qui jouer n’est pas une affaire ludique, c’est une question de survie. L’enfant joue pour performer et ainsi comprendre les histoires dans lesquelles il s’inscrit. Dans ses jeux se mélangent, sans aucune distinction, les grands récits qu’on lui raconte le soir (au bord du lit ou sur la télé des grands) et les jeux sociaux dans lesquels il doit évoluer sans connaître toutes les règles.

Les 3 acteurs sur le plateau traverseront ce spectacle avec le même sérieux que dans les jeux d’enfants. Les histoires leur seront imposées par le spectacle, et eux tenteront d’y plonger sans trop réfléchir.

La réflexion viendra après, dans un second temps, quand les acteurs seront fatigués de jouer, alors ils se retrouveront auprès du feu pour essayer - comme le font habituellement les gens auprès du feu - d’arrêter le temps et de laisser parler.
La Fabrique des Idoles, est un spectacle dément et voué à l’échec.

Dément car c’est juste inconscient de vouloir faire un spectacle qui va ausculter nos croyances à travers les histoires qui ont fondé nos civilisations. Les croyances sont intimes et elles supportent très peu les généralités - même quand elles sont collectives, elles existent différemment pour chaque individu. Et puis c’est aussi la seule chose sur laquelle on puisse se reposer pour échapper au chaos du monde.

Et voué à l’échec car en voulant regarder nos histoires, nous en extraire, on finira obligatoire-ment par en raconter d’autres, qui la plupart sans doute échapperont à notre analyse.
Tant mieux, le théâtre dans notre bande n’est pas l’affaire d’un diagnostic, ni même d’un appren-tissage quelconque. C’est avant tout un plongeon dans des choses qui nous échapperont. C’est dresser un dispositif de jeu pour que l’acteur ait la possibilité de se déployer et donc s’extraire du contrôle de ce qu’on aura pu assidument répéter. Nous nous employons à tout mettre en œuvre pour que cela puisse raconter autre chose que ce que l’on aimerait raconter.

 

Théodore Oliver