"Et tout d'un coup, pouff. Et tout d'un coup, pouff et cette chose se passe. Et je le vois. Je le vois de mes propres yeux. Et non seulement je le vois, mais je le ressens aussi. Et non seulement je le ressens, mais ça se passe avec moi. J'y participe. Je suis totalement entraîné dedans. Je suis carrément au centre de tout ça. Ou bien mieux : ce n'est pas moi qui suis au centre de tout ça, mais tout ça qui est au centre de moi. Et là tout a commencé à exercer une sorte de pression de tous les côtés. Alors je me suis mis à crier. Carrément, me suis mis à crier très fort, comme si on me découpait en morceaux avec une scie. Carrément me suis mis à hurler, de toutes mes forces. Et tout d'un coup, après le cri, un tel silence inexplicablement infini s'est installé à l'intérieur de moi. Je n'ai jamais, jamais ni avant, ni après, plus jamais entendu, si on peut s'exprimer ainsi, ni vu et ni entendu un tel silence. C'était un silence tellement silencieux, c’était un tel silence, bon je sais même pas comment dire ? Bref, comment peut on raconter le silence ? C'était un tel silence qu'en dehors de lui il n'y avait rien. Enfin il y avait les sons de la rue et on entendait de la musique par la fenêtre de quelqu'un. J'étais comme au centre de ce silence. J'ai commencé à être tellement bien. Je ne peux même pas vous expliquer à quel point j'ai commencé à être bien. Je n'ai jamais, jamais sous aucune drogue, sous rien, jamais été aussi tellement bien. C'était tellement silencieux. C'était du silence complet, le plus véritable. Un silence dans lequel j'étais très très bien. Parce que moi-même j'étais ce silence. Tout s'est comme qui dirait tu en moi, vous comprenez ? Et j'ai alors compris que tout notre problème réside dans le fait que nous faisons en permanence du bruit. Nous émettons beaucoup de bruit. Nous parlons, nous débattons, nous réfléchissons, nous avons un tas de pensées dans la tête, et il y a du bruit tout le temps, et nous sommes tout le temps dans ce bruit. Et jamais, nous ne restons dans le silence. Nous ne savons même pas ce que c'est, le silence. Nous ne l'avons jamais entendu, ce silence. Nous ne savons pas qu'il existe. Alors qu'il existe. Et j'ai compris que tous nous sommes issus de ce silence. Par exemple, on dit que l'homme descend du singe, alors que moi j'ai compris que l'homme descend du silence. Tout dans le monde descend de ce silence, le silence est la base de tout. Et ce silence est dans tout, il existe dans tout, et en nous il existe aussi, seulement nous ne pouvons pas y accéder à cause de ce bruit permanent. Mais le silence existe. Je le sais désormais avec précision, je l'ai entendu. J'ai passé une dizaine de minutes dans ce silence. Et pour la seule fois dans ma vie je me suis vraiment reposé. Je me suis tellement reposé ! Vous ne pouvez même pas vous imaginer à quel point je me suis reposé. Je me suis reposé pour toute ma vie."

extrait de OVNI de Ivan Viripaev

-
00:00 / 00:00